Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 15:27

 

« Le 3 septembre 1973, à 18 heures 28 minutes et 32 secondes, une mouche bleue de la famille des califoridés, capable de produire 14670 battements d’ailes à la minute, se posait rue Saint-Vincent, à Montmartre ». Dès la première phrase du Fabuleux destin d’Amélie Poulain, prononcée en voix off, le spectateur sait qu’il est sur le point de voir un film qui sort de l’ordinaire. Et il ne se trompe pas. Ce film, réalisé par Jean-Pierre Jeunet, en plus d’être d’une remarquable originalité, se démarque par son inventivité, mais aussi la poésie et l’émotion qui s’en dégagent. Amélie Poulain, 22 ans, serveuse dans un bar (les deux Moulins), vit en marge de la réalité. Cette jeune femme, qui n’est jamais allée à l’école, est une rêveuse aimant par-dessus tout observer le monde, et qui « n’a de refuge que dans le monde qu’elle invente ». Sa paisible existence est « bouleversée » lorsqu’elle trouve par hasard une boîte de souvenirs ayant appartenu à l’ancien propriétaire de son appartement. Elle retrouve sa trace pour lui restituer et, prenant goût au fait de contribuer au bonheur des autres, décide de se mêler de la vie de son entourage. Elle va notamment arranger une rencontre amoureuse entre deux habitués de son bar, mener la vie dure à l’épicier qui maltraite son commis, créer une lettre d’amour… Cette ouverture aux autres va lui permettre de trouver un confident, le peintre « homme de verre », obsédé par une œuvre de Renoir, et de croiser l’amour…

   Amélie est heureuse en toutes circonstances. Même sous la pluie...

Quelle merveille de film ! Jeunet a un talent fou pour nous parler, avec humour, des petits plaisirs du quotidien que nous avons tendance à négliger (plonger la main dans un sac de grain, briser la croûte des crèmes brûlées avec la petite cuillère ou encore observer la « danse », causée par le vent, des verres de la table d’un restaurant). Par sa forme, le film est extrêmement inventif et poétique. Bienvenue dans un univers où photos et tableaux se mettent à parler, où les images de la télévision dévoilent la conscience de la personne qui la regarde. Amélie Poulain, qui s’alimente également d’extraits de films anciens, fourmille d’idées : le souffleur de rue, le jeu de piste auquel est confronté Nino ou encore la mise en abyme du tableau du vieux peintre : Amélie s’identifie à la « fille au verre d’eau », elle-même « différente » des personnages qui l’entourent.

La musique, tout en piano et accordéon, est quant à elle parfaite : en plus d’être diablement entraînante, elle correspond tout à fait à la dimension traditionnelle du film. L’image, un peu jaunie, y contribue également, de même qu’à son aspect onirique. Les acteurs sont tous au point, à commencer bien sûr par Audrey Tautou, parfaite dans son rôle de jeune femme rêveuse et délicate. Les rôles secondaires sont également très bons : Jamel, touchant en commis d’épicier un peu simplet, Isabelle Nanty, en malade imaginaire, Dominique Pinon, en amant éconduit maladivement jaloux et Yolande, en veuve dépressive. Et que dire d’Urbain Cancelier, l’épicier sadique et mesquin, et de Serge Merlin, le peintre « de verre » ? Tout le monde est très convaincant, jusqu’à la voix off, signée André Dussolier, en parfaite adéquation avec l’esprit du film.

       

Collignon "face de..." joue les petits chefs avec le pauvre Lucien.

En plus d’être novateur et foisonnant, le film est un véritable hymne à la vie. Il consiste en un parcours initiatique, où Amélie passe par trois stades dans son rapport à la vie. Elle vit d’abord dans la contemplation, se posant des questions curieuses comme le nombre de couples ayant un orgasme à un instant t. La découverte de la boîte ancienne marque pour elle le début de la deuxième étape : celle où elle se mêle des autres en essayant de les aider, ou au contraire de les « punir ». Puis la rencontre avec Nino (Mathieu Kassovitz, très bon également) l’oblige, non sans réticences, à se confronter à la réalité (troisième étape). C’est le peintre qui l’incite à sortir de sa rêverie : « La chance, c’est comme le Tour de France, on l’attend longtemps, et puis ça passe vite, alors quand le moment vient, il faut sauter la barrière, sans hésiter », puis « Vous n’avez pas des os en verre, vous pouvez vous cogner à la vie. Si vous laissez passer cette chance, avec le temps, c’est votre cœur qui va devenir aussi sec et cassant que mon squelette ». Passages grandement émouvants.

Pour couronner le tout, l’histoire est passionnante. Cela tient autant à son rythme qu’à l’originalité et au dynamisme de la narration, qui rendent absolument tout captivant, jusqu’à la vie de l’ancien poisson rouge d’Amélie (!). L’ « intrigue » principale (bien qu’il ne s’agisse pas franchement du terme adéquat) est en outre alimentée d’histoires annexes comme l’énigme de l’homme du Photomaton ou les nains de jardin du père d’Amélie. Bref, ce film est un pur chef-d’œuvre, qui se démarque, je me répète mais je ne le dirai jamais assez, par son extrême originalité et son aspect envoûtant, drôle et émouvant, ainsi que son univers à nul autre pareil. Enfin un film français au succès phénoménal qui n’est pas disproportionné !

Partager cet article

Repost 0
Published by lechoixdenico - dans Films français
commenter cet article

commentaires

Loo 07/06/2012 22:53

Tu as bien raison de te répéter et je suis d'accord avec toi c'est un chef-d'oeuvre. Et en plus tu en parles très bien. Je ne pourrai pas en faire autant. L'histoire m'a plu, les acteurs m'ont
semblé plus que réel dans leur rôle (tous excellents) et la musique effectivement convient très bien au film, puisqu'elle possède elle-même une touche d'originalité. Une musique plus classique
aurait été dommage. Je me plaît à le revoir de temps en temps.

-Perrine- 03/06/2012 07:53

Un film très agréable, que je ne me lasse jamais de regarder ! Une petite pépite de bien-être, de délicatesse, d'humour, de douceur...il en manque ! J'ai vraiment adoré la narration, avec les mille
et uns détails qui nous offre la vie quotidienne sous un jour nouveau et lumineux :)

Nico 04/06/2012 12:41



Tu as parfaitement résumé ce que je pense de ce film!



Alice In Oliver 01/01/2012 22:51

j'ai dit Noooooooooonnnnnnnn !!! Enfin bref, tu connais mon avis sur ce film.

Présentation

  • : lechoixdenico
  • lechoixdenico
  • : Ce modeste blog pour parler de cinéma, en particulier des films qui ont marqué ma jeunesse.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens