Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 11:42

Il était une fois le Bronx se déroule dans le quartier éponyme, pendant les années 60. Le film, dans lequel joue Robert De Niro, tourne autour d’un caïd de la mafia locale. Un de plus ? Oui et non. Contre toute attente, l’ami Bob n’interprète pas le maître des lieux mais un honnête père de famille, fidèle à ses principes, dont le principal est précisément d’éviter à tout prix de fricoter avec la pègre, quitte à ce que sa famille vive dans des conditions précaires. L’affaire commence à se corser lorsque son fils Calogero, âgé de 9 ans, qui vénère Sonny (le caïd), commence à fréquenter celui-ci. Huit ans plus tard, alors que les tensions raciales s’accroissent sérieusement, Calogero est devenu très proche de Sonny. Déjà tiraillé entre son père et Sonny, il est de surcroît partagé entre ses amis, dont la haine envers les Noirs va croissant, et l’amour qu’il porte à Jane, une Noire du quartier voisin.

Voilà un film qui ne manque pas de qualités. Pour sa première réalisation, De Niro a su tirer son épingle du jeu. Il décrit avec tendresse le monde de l’enfance puis de l’adolescence, mais aussi la vie d’un quartier pauvre – dont les habitants sont d’origine italienne – avec ses personnages pittoresques, notamment « Jojo-La-Baleine », au physique plus qu’imposant, Tony, le chanteur ringard à la moumoute « tarte », et bien sûr Eddie-La-Poisse, qui perd tous ses paris. Les acteurs sont au rendez-vous, à commencer par De Niro, qui, conformément à son personnage, apparaît tout en sobriété – si l’on excepte son « auto-parodie » en début de film, lorsqu’il plisse les yeux de façon si caractéristique. De Niro, donc, mais aussi Chazz Palminteri, charismatique et convaincant en chef de la pègre local, et les deux Calogero (même si celui de 17 ans ne ressemble pas franchement à celui de 9 ans). L’humour est également très présent : on pense en premier lieu à Eddie-La-Poisse : chacune de ses apparitions est un vrai plaisir. On peut également évoquer les « tests » permettant de déterminer si une fille est « mariable », ou encore le personnage de Louie, qui change de trottoir en pressant le pas aussitôt qu’il voit Calogero, à qui il doit 20 dollars.

D’autres passages sont forcément moins légers : les scènes de violence inter-raciales sont dures à encaisser mais très percutantes, et le climat d’hostilité entre les deux quartiers est remarquablement rendu (par exemple la scène où Calogero raccompagne Jane dans son quartier). Le tiraillement de Calogero entre son père « ouvrier » et son père spirituel Sonny constitue l’un des autres points forts du film. Si Calogero reste fasciné par Sonny, il prend peu à peu conscience que celui-ci n’est pas réellement aimé (« Sonny n’est pas respecté, mais craint » explique son père) et de sa profonde solitude, contrastant avec son apparente popularité. La réussite du personnage de Sonny repose également sur son ambiguïté : celui-ci empêche certes Calogero de choisir le droit chemin prôné par son père, mais lui conseille parallèlement de couper les ponts avec ses néfastes compagnons – conseil qui se révélera pour le moins avisé.

Cela dit, le film n’est pas inoubliable pour autant. L’histoire d’amour est par exemple un peu naïve et « facile », tant elle semble lorgner du côté de West Side Story et Roméo et Juliette. Le rythme n’est par ailleurs pas parfaitement maîtrisé : malgré la relative courte durée du film (moins de deux heures), on s’ennuie parfois. Certaines scènes paraissent en effet un peu longues et répétitives. Et le finale se révèle un poil moralisateur (« il faut accepter les autres tels qu’ils sont », etc.). On ne peut s’empêcher de penser qu’un réalisateur plus expérimenté aurait rendu une copie encore bien plus marquante. Cela dit, Il était une fois le Bronx, malgré son aspect inabouti et parfois prévisible, n’en demeure pas moins un film de qualité, comme on aimerait en voir plus.

Partager cet article

Repost 0
Published by lechoixdenico - dans Films étrangers
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : lechoixdenico
  • lechoixdenico
  • : Ce modeste blog pour parler de cinéma, en particulier des films qui ont marqué ma jeunesse.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens